Colloque franco-belge consacré à l’écriture du Picard à St Amand

Écrit par Equipe Chtisdumonde.

La Maison du Picard de Saint-Amand-les-Eaux (20, rue de Valenciennes) accueille le 5 mars 2011 à partir de 14h un colloque franco-belge consacré à l’écriture du picard (alias « chti », « rouchi », « patois du Nord).

Ce colloque est organisé par la Fédération Insanne, l’Agence pour le Picard et l’Université de Picardie Jules Verne.
Les participants sont des universitaires et des personnes impliquées dans l’écriture du picard. Parmi les spécialistes présents, on notera la présence de :

- Fernand Carton, professeur émérite de l’Université de Nancy-2, auteur de nombreuses études sur les parlers picards, ancien directeur de l’Atlas Linguistique picard
- Jean-Michel Eloy, professeur à l’Université de Picardie Jules Verne, responsable du Laboratoire d’Etudes Sociolinguistiques (LESCLaP) et du Centre d’Etudes Picardes
- Alain Dawson, docteur en Sciences du langage et auteur de guides de conversation en picard et « chti » aux éditions Assimil

Contrairement à une idée reçue, le picard (ou « chti ») s’écrit, et depuis longtemps : ses premières traces écrites figurent dans la Cantilène de Saint Eulalie composée à la fin du 9e siècle probablement à l’abbaye de Saint-Amand et conservée au musée de Valenciennes. Depuis quelques années un certain consensus se dégage sur la manière d’écrire le picard, de façon à être lu et compris du plus grand nombre tout en respectant les particularités de chaque parler local. Ce colloque sera l’occasion de faire le point sur la question de l’écriture du picard, alors que le nombre de livres publiés en picard et leurs tirages croissent sans cesse (on rappellera par exemple les traductions d’Astérix en picard dont le tirage a dépassé les 100.000 exemplaires).

Avec cette question qui intéresse à la fois les spécialistes et le grand public, le colloque consacrera la Maison du Picard de Saint-Amand comme un lieu de recherche et de transmission de la connaissance, et comme espace de rencontre entre l’Université et le public sur les questions de langue régionale. Après deux ( ?) ans d’existence, la Maison du Picard confirme ainsi son importance pour les chercheurs, qui espèrent s’appuyer encore davantage sur elle dans l’avenir. En particulier, la Maison du Picard doit devenir un véritable centre de ressources spécialisé, ouvert aux chercheurs, étudiants et enseignants.