Les vrais et les faux fantômes

Écrit par guydubois.

gérard-fantomesPersonne n'a abusé de bistoulles et il n'est pas question dans ces lignes de raconter des cacoules ! Cependant, sans voir double, il faut bien reconnaître que notre Bassin Minier honore, en même temps...

 

gérard-fantomes

2 fosses N° 9 ! L'une à Oignies, classée Monument Historique, l'autre à Lens, disparue, et remplacée par le musée du Louvre-Lens. Est-ce l'effet Halloween qui se prolonge ? Toutes deux sont hantées par d'étranges fantômes ?

La fosse 9 de la Compagnie des Mines de Dourges, à Oignies, fermée le 20 décembre 1990, a été le théâtre de la remontée de la dernière gaillette. Eh bien, le croiriez-vous ? Depuis cette date, une association d'anciens mineurs s'est donnée pour mission d'entretenir leur outil de travail et de le transmettre intact aux générations futures ! Cela fait vingt-deux ans que, chaque lundi,Désiré, Jean-Marie, Pierrot et les autres inragés, in loques ed' fosse, se retrouvent pour démonter, réparer, repeindre, lubrifier les machines d'extraction ou les compresseurs : ils ont même fait tourner les molettes de leur fosse ! Ces derniers témoins de l'épopée du charbon, entrés vivants dans le Patrimoine de l'Humanité, on peut les écouter en direct quand ils accueillent des visiteurs et racontent modestement les pages héroïques de notre Histoire.
La fosse 9 de la Compagnie des Mines de Lens a cessé d'extraire en 1960 : elle a été ensuite utilisée jusqu'en 1976 pour l'aération des chantiers du 11/19 à Loos en Gohelle. Le puits, profond de 605 mètres est remblayé en 1980...et quand j' ravise, à ch't'heure par au-d'sus du coron, que je n'vos pus s'drécher l' carcasse du chevalet, j'ai l'impression qu'i manque un des pus bieaux fleurons qui montottent hardimint dins l' ciel du Pas de Calais, se désole le poète de Rouvroy, Marceau Dégallaix.
Comment savoir si le puits a été comblé correctement ? Il faut bien se rendre à l'évidence ! Le jour de l'inauguration du Musée, les fantômes remontent un à un par L'Gal'rie du Louvre ! C'est Aimable Lucas, mineur et poète lensois, mort au fond de la mine en 1907, qui ouvre la voie avec son pic ! Il raconte à Gérard Braquette, le jardinier, qu'il a été restaplé : mot d'origine germanique, stapel signifie échafaudage en allemand. Restaplé, c'est être enseveli quand le soutènement cède au cours d'un éboulement. Derrière Lucas, vont surgir du trou tous les acteurs de la culture et de l'histoire de la région : les poètes Saletski, Mousseron, Charles Bruchet, Isaïe Lampin, des célébrités comme Emile Basly, Félix Bollaert, Simons, Emilienne Moreau, des musiciens, Stéphane Kubiak, Edmond Tanière, des peintres, Edouard Pignon, Augustin Lesage...au grand désespoir de Gérard qui attend la visite du Maire...Fallot me l'dire qu'ch'étot ichi l'arrêt d'l'autobuse d'ches mineurs ! Allez rintrez ! Faijez comme à vou mason ! J'm'étonne pus d'rin ! Y arriv'rot cor un défilé d'grévisses, cha s'rot ichi l'arrêt de ch' train d'ches mineurs, i déboul'rot de ch' tro eun' manifestation d'chint mille femmes ed' mineurs, eh bin...j'rest'ros frod comme un marpe ! Tout ce beau monde va évoquer, à travers une dizaine de projections originales, les évènements qui ont marqué notre territoire: catastrophe de Courrières, guerre 14-18, l'intégration des polonais, le RC Lens....Cette fresque, L'Gal'rie du Louvre, interprétée avec beaucoup d'humour, par les meilleurs comédiens issus des troupes régionales, est jouée dans le cadre de l'ouverture du Louvre, au Colisée de Lens le 9 décembre, puis à Grenay le 11 janvier, à Auchel le 18 janvier et à Bully le 1er février.
Une bande annonce, concoctée par Video Chti, figure sur l'arnitoile Internet : il suffit de taper l'gal'rie du louvre sur Google.

Guy Dubois