Le carnaval de Dunkerque

Écrit par Equipe Chtisdumonde.

carnaval...Entrez dans la bande !
Pendant deux mois et demi, les carnavaleux se retrouvent, se « reconnaissent »… L’âge, le travail, la classe sociale n’ont pas d’importance dans la Bande . On peut être des proches au carnaval et ne pas se fréquenter dans la vie, se faire des zôt’ches et ne pas se reconnaître dans le civil. Le carnaval est une grande famille et il n’est pas question de manquer ce rendez-vous.
Il est néanmoins important de savoir où l’on met les pieds : respect de la tradition, connaissance des chansons, des « règles » pour trouver progressivement son costume, sa place dans la bande.

lire-la-suite_gris

{mp3}Chtibook.com-Adunkerque{/mp3}...

Un peu d’histoire
Difficile d’expliquer pourquoi cette tradition ancienne a survécu, ni le succès sans cesse renouvelé de ce grand rassemblement populaire. Si les origines se perdent dans la nuit des temps, certaines affirment que les premières « bandes des pêcheurs » seraient liées aux fêtes données par les armateurs avant leur départ pour l’Islande. Toutefois, vers la fin du XVIIIe siècle, les armateurs commencent à se désengager vis-à-vis de cette coutume et les marins profitent alors de l’aubaine que représente le temps du carnaval pour anticiper leurs journées récréatives. Dès le début du XIXe siècle, le port de Dunkerque affiche déjà l’un des carnavals les plus originaux de France.
La cohue des masques !
carnaval de dunkerque sur chtisdumonde.com
Pendant que les tambours battent le rappel, l’énorme pagaille s’organise. Les masquelours, méconnaissables sous leurs maquillages bariolés, se prennent bras dessus, bras dessous pour former des lignes. Les places du premier rang sont très convoitées car c’est là que l’engagement physique va être le plus complet ; c’est aux premiers rangs qu’appartient le privilège de protéger les musiciens de la foule qui les suit.
Au signal du tambour-major situé à l’avant-poste, fifres et tambours entament le rigodon d’honneur qui servait de rassemblement aux soldats de l’Empire. La foule compacte saute en cadence, on pousse déjà pour mettre les premières lignes à l’épreuve. Le tambour-major, à la tête d’une soixantaine de musiciens vêtus du ciré et du suroît jaune des pêcheurs, ordonne que cesse le rigodon afin que les fifres reprennent des airs traditionnels de marche connus de tous. Le cortège s’ébranle.
Déformée par les poussées soudaines, la cohue des masques avance en chantant, en hurlant plutôt dans les premiers rangs ! Durant quatre heures, la visscherbende déferle sur la ville comme une vague de fond au rythme des chahuts, des arrêts obligés des musiciens et des rendez-vous incontournables.

Des harengs et des homards
Au passage devant l’Hôtel de Ville, cette masse compacte et colorée réclame son dû : une volée de 450 kilos de harengs saurs emballés sous cellophane (appelés aussi kippers). Du haut du balcon central, le maire brandit un homard qu’il présente à la foule qui scande « Delebarre, des homards ». Celui qui a la chance de s’emparer d’un homard (en plastique) peut le rapporter à la mairie où il lui sera remis en échange, un bon pour en obtenir un vrai dans une poissonnerie. En réalité bien peu le font car les carnavaleux préfèrent garder ce trophée pour le montrer à leurs amis….
Après quatre heures de fête, les carnavaleux se retrouvent au pied de la statue de Jean Bart pour offrir à genoux un vibrant hommage au héros de la Cité. Le sentiment d’appartenance à une histoire, à une terre et à une population est très fort. Le carnaval possède ses temps forts et ses «figures» mais chacun vit la fête à sa façon dans les chahuts, dans la rue, dans les chapelles.

Un parcours jalonné de « chapelles
Pour la plupart des masques, la bande est prétexte à d’innombrables pélerinages, appelés pour la circonstance « chapelles », qui jalonnent le parcours. On fait une halte dans ces «maisons amies» avant, pendant ou après la bande juste avant de se rendre au bal : histoire de se désaltérer et de se ravitailler. Le plus souvent, les masques se déplacent en petits groupes pour mettre à profit les bonnes adresses.

Les intrigueurs sont de sortie
Autres figures emblématiques du carnaval, les intrigueurs et les figuemen agissent en marge de la bande. Ils ne dansent pas mais sont quand même masqués au point d’être méconnaissables. Ils interpellent tout le monde, y compris les badauds, pour leur tendre une canne à pêche au bout de laquelle est accroché un poisson sec au fumet très particulier ou parfois même un fromage assez odorant. Pour l’intrigue, ils vont généralement deux par deux, un homme et une femme qui inversent leurs rôles.

Quelques chansons du Carnaval

A Dunkerque quand vient le carnaval,
On est tous joyeux comme des cigales,
On se grimme on s’met de la peinture,
On s’en fout plein plein la figur’ ,
On s’habille avec des vieux habits,
Et on sort son grand parapluie,
Avec tout çà on est paré pour le carnaval,
Et le boulot on s’en fout pas mal,

On est heureux, on est heureux, avec les Dunkerquois
Au carnaval on est les rois,
On est heureux, on est heureux, avec les Dunkerquois
On sera toujours les rois
-----------------------------------------------
Si tu veux faire mon bonheur,
Marguerite, Marguerite
Si tu veux faire mon bonheur,
Marguerite donne-moi ton cœur,
Marguerite a répondu, si t’es sage, si t’es sage
Marguerite a répondu si t’es sage
T’auras mon cul
-----------------------------------------------
Rosalie elle est partie, si tu la vois, ramèn'la moi !
Où est-elle, mon cœur l’appelle depuis ce jour,
J’ai l’mal d’amour.
car je suis sous, suis sous, suis sous, suis sous son charme,
Mes yeux sont mou, sont mou, sont mou, sont mouillés d'larmes !
Rosalie elle est partie, si tu la vois, ramèn'la moi !
Où est elle, dans un bordel,
Pour quarante sous on tire un coup.



Est-ce que t’as pas vu la bande ? (ter)
Elle est chez Stanche, elle est chez Stanche !
Est-ce que t’as pas vu la bande? (ter)
Elle est chez Stanche, elle est au sec !
--------------------
Si tu veux pas qu’ta femme t’emmerde,
N'te marie pas, te marie pas ! (bis)
Elle te fera cocu, et te mettra des coups,
D'poings sur la gueule,
Elle te fera cocu, et te mettra des coups
D'pieds dans ton cul !
--------------------
Rose la poissonnière, elle écorchait des raies
Oh Eh ! Oh, Eh ! Ell' les vendait si chères,
Que personn' n'en voulait,
Oh Eh ! Oh, Eh ! Et Rose, et Rose, et Rosalie
C'est ma bonn' amie (bis)
-------------------
Ah c'qu'il est beau quand t'es au lit ton
Macaroni, ton macaroni, ton macaroni,
Ah c'qu'il est beau quand t'es au lit ton
Macaroni, ton macaroni,
Quand t'es au lit.
C'qu'il est mignon qu'il est gentil ton
macaroni, ton macaroni,
C'qu'il est mignon qu'il est gentil ton
macaroni, ton macaroni,
Quand t'es au lit.
--------------------
Donne un zô à ton oncle Cô,
Qui r'vient d'Islande
De son wamme t'auras un morceau
S'il est bien tendre ! (bis)


Le parler Dunkerquois

On trouve dans le parler Dunkerquois un amalgame de Français, de vlaemsch, de néerlandais, et de picard

Ci dessous quelques mots ou expressions

Bât'che : gilet, maillot de marin.
Berguenaere : parapluie
Beste : meilleur, plus beau
Beurt'che : petit tour. Faire un beurt'che
Bier : bière, e pint'che bier (un demi)
Bierbuck : gros ventre. c’est un bierbuck , c’est un ventre à bière On dit aussi Blozebuck
Boun'tche : fiancé.
Brandewyn : eau de vie
Brelle : lunettes / Brelle neuze : qui porte des lunettes
Breut'che : une affaire, une occasion
Choler : aller, traîner, aller au hasard des rues. (Choleur)
Clet'che : vêtement, généralement utilisé pour le costume du carnaval. Beste clet'che plus beau costume.
Cô: diminutif de Jacques ou de François
Corve: panier
Côotche : jeune fille.
Coucke : gâteau.
Craquelot : hareng fumé, (personne maigre)
Droppel'tche, drop'tche : goutte (viens boire une)
Droun'ck : saoul
Duel (dwel) : serpillière
Figueman : personnage de la bande des pêcheurs
God Vordeck : Dieu me damne !
Gramat'ses (faire des) : faire des manières.
Grenade (guernade) : crevette grise
Grenadier : bateau de pêche à la crevette.
Groumer : rouspéter (Groumeur)
Grotche : grand-mère
Kenn'çon : caleçon
Kermestour : manège
Keuche : coussin
Kliper : hareng fumé
Klokespel : carillon
Kopt'che : tête
Koukelour : sexe féminin
Leuche : avoir un leuche /avoir le béguin
Leut'che : plaisir
Masquelour: personne masquée
Meille : mère.
Meï'che : demoiselle
Menne : grand-mère
Meuche : bonnet
Meuchke : moineau
Peille : père.
Pekedemelle : pot pourri.
Pepreneuze : ivrogne
Picheloure : café ou vin sans goût, chirloutte / sexe
Pikeneuche ou Piqueneuche : bordel.
Pipre : fifre.
Pisse pot' : urinoir
Potebêse : balayette à WC
Pouchemacre : faiseur d'histoires
Preute : derrière (cul)
Putent (i) : ils (ou elles comme dans la chanson) puent
Schloc : gorgée
Schnik : alcool (Schniker : boire de l’alcool)
Sprat : petit poisson fumé « Epais comme un sprat » (maigre)
Têttekot' : soutien gorge
Veint'che : mari
Wiche : sexe masculin
Zô : baiser. Zôt'che : petit baiser
Zwein'tche : fou.
Zwek'tche : sexe masculin / perche du figueman.

Crédits :
Musique : extrait du dvd " T'as qu'à voir" Bahia prod
Nous remercions la Direction Générale de la Communication de la ville de Dunkerque, pour nous avoir communiqué les renseignements ci dessus, et donné la possibilité d'utiliser quelques photos du site Ville de Dunkerque que nous vous conseillons de visiter. [photos : copyrigh ville de Dunkerque]
La bande des pêcheurs (vidéo la voix du nord 2008)